lundi 25 septembre 2017

lundi 18 septembre 2017

Combien de migrants vont crever ?


Merci Daniela, j'étais passé à côté.
Non mais quelle bande d'enculés je vous jure !
Quoi, vous me trouvez vulgaire ? Donnez moi donc la définition de la vulgarité.

Si ces gens ne sont pas contents ils n'ont qu'à m'intenter un procès. Je n'en ai rien à foutre, et strictement rien à perdre ...

Lamentable, pathétique, calamiteux, désolant, que dire ? On fume du crack  à la pause café chez Nathan ? Et à l'Education Nationale, il n'y a personne pour valider les manuels ?

Exercice 93, page 34 du manuel de mathématiques de Terminale ES-L de la collection Hyperbole de chez Nathan.




Ils se sont excusés, la belle affaire ! Lire ici .  
Il serait question de programmes qui encouragent la transdisciplinarité disent-ils,  dans le cadre d'une situation concrète s'appuyant sur une suite arithmético-géométrique ... Je capte que dalle à ces conneries !

Bande d'enculés je préfère, je me répète je sais ! 'Faut croire qu'un deuxième passage est nécessaire !
Pas contents, assignez moi, juste pour voir ....

dimanche 17 septembre 2017

Juste envie de gerber ...




J'ai accompagné mon pote ce matin jouer les pères noël.
Très mauvaise idée ...
La voiture empestait la bouffe, coffre gavé, des fruits, des légumes, de la bidoche, des laitages, un indescriptible et débordant fatras de récup aux dates de péremption  dépassées de quelques jours. C'est qu'il  a l'estomac blindé mon pote, depuis tant d'années qu'il bouffe avarié, sans doute ne risque t-il  plus grand chose. Souvent il  me refile des trucs que j'accepte poliment mais que je m'empresse de jeter. «Tiens ton fils va  adorer ! ». « Sûr man, t'as raison . Ma vie ne vaut pas grand chose, celle de mon fils c'est autre chose !

Il y a un camp de migrants derrière la gare, des Albanais, des Kosovars, des Syriens, des Irakiens, peu importe au fond. C'est là  qu'il devait aller ce matin. C'est sont truc à mon pote, nourrir  les gens ...

C'est quartier Wodli s'il y a des Strasbourgeois à l'écoute. A deux pas des locaux d'Horizon Amitié. Il serait d'ailleurs pertinent qu'un jour quelqu'un se penche sur le cas de cette si prospère association ! C'est cool la misère, un vrai marché. 
 Si si allez y, même si je vous ne garantis pas un accueil chaleureux et totalement sécurisé. Selon les heures le lieu peut même être un vrai coupe-gorge. Je ne crois pas qu'on se rende bien compte ...

Cela n'a duré que quelques minutes.
Imaginez des chiens affamés s'écharpant  pour un os, ou s'arrachant la gueule pour un bout de bidoche.
J'ai eu envie de vomir. Ce n'est pas un effet de style. Je parle d'une vraie nausée à voir ces humains ramenés à l'état animal, de vrais bêtes sauvages prêtes à s’entretuer  pour quelques grains de raisin ou deux pots de yaourts

J'ai regretté de ne pas avoir l'appareil photos. En même temps je ne suis pas sûr que j'aurais été capable de cadrer tant je me sentais mal. Et puis cadrer quoi au final ?

Après cela mon pote m'a emmené faire le tour des hôtels, son coffre n'était pas vide. Super, chouette Dimanche, tout ce qui me va en ce moment. Allez amigo, vive l'aventure humaine !
Les marchands de sommeil, vous avez entendu parler ?  C'est juste pire que ce que l'on raconte.
Vous voulez des noms, des adresses , pourquoi, vous allez faire quelque chose ? 

Je ne suis pas en colère, c'est au delà. Je sais bien qu'on aime les bons mots par ici, les belles phrases, la crasse et la souffrance  en vers c'est tellement beau. Allez bobo vas-y de ton quatrain, chante nous la misère en rimes  !

"Le monde est cruel" m'a simplement dit mon pote ...
Oui, ça doit être ça !
En attendant je vais me bourrer la gueule pour oublier l'image de ce bébé hurlant dans les bras de sa mère, répugnant petit morveux crapoteux  et affamé, nauséeuse petite chose déjà condamnée. Destin scellé ?  ...

Ce n'est pas la première fois que mon pote me met les yeux dans la merde, me plongeant dans la vraie vie, celle qui  fait mal , dérange , écœure,  déchiquete,  si loin des discours politiques... oui chouette Dimanche ...  
Tout ce dont j'avais besoin pour me requinquer ... Au moins me serais-je fait quelques potes ... tous ces gens ne sont pas des serial killers en puissance après tout, enfin je ne crois pas. 
Et puis je vais en avoir besoin d'ici quelques jours quand mon proprio va me foutre dehors ... yes, y'a aussi les migrants d'ici ... Vive la vie ... Si je ne réponds plus c'est peut-être que le WiFi n'aura pas encore été installé dans ce camp d'infortune ...


jeudi 14 septembre 2017

Les précieux anneaux




Alors ça y est, nous avons enfin décroché les précieux anneaux. 
A nous les médailles et les podiums, la gloire et les honneurs, Alleluia, cocorico et vive la France !

L'aventure à n'en pas douter va être savoureuse. 

Qu'on ne s'inquiète pas d'éventuels dépassements de budget, si ça coince on demandera aux retraités de faire un effort, la cause est noble et mérite bien quelques sacrifices. Allez les vieux, arrêtez de bougonner  ...

Vive le sport ...

mercredi 13 septembre 2017

La résistance molle


C'est mieux de le dire avec des fleurs
Source photo

On n'était hier encore loin de la Révolution.
400 000 manifestants d'après les organisateurs, ça ne représente qu'à peine 1 % du corps électoral. 
Pas de quoi contrarier Jupiter.
- Qu'est donc que ce bruit mon bon Edouard ?
- Ce n'est rien Monseigneur, quelques feignasses désœuvrées qui battent le pavé en scandant des insanités sur votre belle loi Travail. Mais ne vous inquiétez pas, ils ne sont qu'une misérable poignée de gueux et la troupe contrôle la rue.
- Mais je ne suis pas inquiet mon bon Edouard.

Pourquoi le serait-il en contemplant le désespérant spectacle de cette Gauche rouillée et couinante incapable de se mobiliser d'un même coeur en colère contre sa loi travail ?
Mélenchon éructe et vocifère. Il a raison, mais sa voix n'est pas pour le moment très fédératrice. Et puis se fédérer autour de quoi précisément ? 

Je suis assez surpris de notre passivité face à cet ouragan social.
On dit les Français râleurs. Je nous trouve au contraire plutôt calmes, apathique même, dans cette histoire.
J'ai l'impression de vivre dans un pays anesthésié ayant abdiqué toute résistance.
La protestation manque de vigueur, de souffle, de conviction, de détermination, mais plus encore peut-être d'imagination.
La gauche d'aujourd'hui ne fait plus rêver ... Elle aurait besoin de se ressourcer et de revenir à ses fondamentaux. On peut se renouveler, s'actualiser sans se renier ...

vendredi 8 septembre 2017

La France d'ailleurs


Atoll de Clippertone.
Ah putain que c'est beau, avouez que ça sent la France  ....

De cette France d'ailleurs on parle beaucoup ces derniers jours de St Martin et St Barthélémy, ces deux îles des Caraïbes qui subissent les assauts ravageurs de l'ouragan Irma. Je ne suis pas un as en géo et et il m'a fallut un petit moment pour repérer ces deux îlot sur la carte. Merci la fonction zoom !

Ils sont étonnants ces petits morceaux de France éparpillés au bout du monde que nos aventures coloniales ont semé  ici et là.
Dommage qu'il faille attendre le passage d'un ouragan dévastateur pour découvrir ou se rappeler l'existence de nos si lointains compatriotes.

De ces improbables restes de notre glorieux empire colonial certains méritent le détour, au moins celui de notre curiosité.

Connaissez vous par exemple l'île de Clippertone, un confetti de 1,7 km2 dans le Pacifique Nord, à l'ouest des côtes Mexicaines ?
Ah non ce n'est pas grand c'est sûr, d'autant que ce n'est pas véritablement une île, mais un atoll, ce qui enlève encore pas mal de surface habitable. 

On pourrait croire qu'un lieu d'aussi modeste taille et perdu dans l'océan ait été épargné par la bêtise humaine, et qu'il n'y aurait pas grand chose à en dire.
Mais au contraire, et ces quelques dérisoires hectares de sable ont su aussi aiguiser l'insatiable appétit des hommes.

Puisque c'est un vendredi saint, celui du 3 avril 1711, que fut découverte cette île inhabitée et sauvage, elle fut d'abord baptisée « Île de la Passion ». 




Ce n'est que plus tard qu'elle sera dénommée « île de Clipperton », du nom d'un flibustier Anglais qui aurait débarqué sur les rivages de l'atoll quelques années avant les Français. Y aurait-il enterré un trésor ?
  
Une conquête somme toute assez modeste qui on l'imagine ne suscita pas un grand intérêt dans la métropole. Il faudra quelques années pour s'aviser dans les années 1850 de la position stratégique de ce microscopique territoire situé juste en face du canal de Panama. Juste en face mais distant  quand même de 2000 bornes environ à vol d'oiseau.  Stratégique peut-être mais sans doute pas pratique !
Quoi qu'il en soit, la France prend possession de l'île en 1858, mais sans pour autant s'y installer formellement, laissant seulement flotter un drapeau dressé à la cime du plus haut sommet du coin qui s'élève à ... presque 30 mètres. 
Personne en tous cas n'a à cette époque l'idée de contester à la France l'annexion de ce grain de sable dans le Pacifique.

Ce sont des années plus tard, à la fin du XIX ème, que les Mexicains ont commencé à lorgner sur notre bout d'empire et à en revendiquer la propriété.
Mais ce n'est pas de notre faute, mais celle des Américains, qui ayant découvert sur l'île  la présence en quantité de guano, ont décidé de l'exploiter à leur seul profit sans prévenir personne.

Le guano n'est pas un fruit exotique ou une pierre précieuse, mais un puissant fertilisant nourri d'excréments d'oiseaux et de chauve souris. Le top du bio !

Pendant que les instances internationales vont s'écharper un moment sur cet épineux problème de propriété de l'atoll, qui ne trouvera d'issue qu'en 1931, les Mexicains s'en vont eux en 1907 préventivement occuper le terrain en envoyant s'installer une garnison de troupiers accompagnés de leur dames et des enfants, tous certainement heureux de se retrouver au milieu de nulle part à 2 ou 3000 kilomètres du premier signe de civilisation.

La présence Mexicaine dura jusqu'en 1917 et connut une fin peu glorieuse. C'est que le Mexique, en proie à cette époque à de nombreux bouleversements politiques avait un peu oublié Clippertone et ne ravitaillait plus la petite colonie, la condamnant à la famine et la mort.
Ce ne fut même pas la marine Mexicaine qui sauva les derniers survivants, 3 femmes et quelques enfants, les seuls rescapés de l'aventure.

Les dernières années ne s'étaient guère montrées clémentes pour le petit groupe d'aventuriers, jalonnées de nombreux drames, de naufrages, de meurtres, d'épidémies, qui avaient décimé la plus grande partie d'entre eux.
Presque tous les hommes avaient succombé quelques mois auparavant, victimes du scorbut, ou emportés par la mer. 
Le seul représentant mâle qui avait survécu avait pris un coup de chaud au casque, se proclamant roi de Clippertone et réduisant ses compagnes d'infortune  en esclaves sexuelles. Deux moururent de ses sévices, et les survivantes durent patienter deux ans avant de parvenir à se débarrasser de leur bourreau, à coups de marteau sur le crâne dit la légende.

Mais l'histoire ne s'arrête pas là. En 1944 ce sont les Américains qui  débarquèrent là, tout autant pour s'assurer une base arrière dans sa guerre contre le Japon que prévenir une prise de contrôle nazie. Au cas ou, même si je ne suis par certain qu'à cette époque l'atoll de Clippertone ait fait partie des priorités d'Hittler
Il reste du passage des G.I une piste d’atterrissage recyclée par les narcotrafiquants en arrêt pipi, et un dépôt de munitions  pourrissant dans le sable au milieu des crabes.
Les Américains ont bien tenté de nous déposséder de notre bien, mais les vives protestations des gouvernants d'alors ont rapidement abouti à leur revirement.
Go home  et Cocorico, l'île de Clippertone reste Française.

Aujourd'hui l'îlot accueille essentiellement des missions scientifiques. Certains militent d'ailleurs pour que  Clippertone deviennent une station scientifique permanente.
Pour la France l'intérêt est qu'elle n'a que ce modeste bout de terre pour la représenter dans le Pacifique Nord, même si on peut se demander quel poids pourrait bien avoir dans la géopolitique mondiale un confetti de moins de 2 kilomètres carrés perdu en plein océan. 
Mais le plus important est que cette possession offre à la France une Zone supplémentaire d'Exclusivité Economique de plus de 430 000 km2, c'est à dire un espace ou l'on fait ce qu'on veut en matière d'exploration et d'utilisation des ressources. Et autour de Clippertone, on pêche du thon, beaucoup de thon. Ce serait même une des régions les plus riche en thonidés. 

Un chouette coin non ?
Allez hop c'est décidé, l'année prochaine je pars en vacance à Clippertone ...


lundi 4 septembre 2017

Rentrée ... des neuronnes


Finies les vacances.

Comme je n'ai rien d'autre à foutre à quatre heures du mat' je traîne sur Facebook, entre autres, y'a des moments je ne sais même plus ou je suis ...
Me reste un peu de saucisson de Kangourou et un fond de whisky éventé, z'en voulez, histoire de partager un petit moment de convivialité avec moi ? Allez  les filles, un peu de fun quoi merde ! Sautons et tressautons, ce n'est pas moi, c'est le kangourou qui parle !




Donc  Facebook, qui en cette heure improbable me met au défi. Pas difficile, abus de faiblesse.
J'aime bien les casse-têtes, quand ils ne sont pas casse-couilles. 

6 est une bonne réponse, et plusieurs raisonnements y conduisent. 5 en est une autre. 7 également. Même 9 ne serait pas faux. 
Mais niet niet  mes amis.

Présenté de cette façon c'est introuvable.
Je vous aide.
Sortez du cadre, et pensez à vos 4 roues ...
Non ?
La réponse n'est pas nécessairement un chiffre ...
Ça y est maintenant ?

Non, toujours pas ?
Reprenez une tranche de Skippy et ça va viendre ....

---------------------------

Bravo à Eliane qui a trouvé la bonne réponse. Il s'agissait  en effet du schéma d'une boite de vitesses, et celle qui manque sur le dessin est bien la marche arrière.