lundi 21 août 2017

Quand Le Maire se fout de notre gueule




Dans un entretien accordé à Sud-Ouest Bruno Le Maire assure que le sort des plus fragiles est la "priorité absolue" du gouvernement.

Le petit coup de rabot aux APL annoncé le mois dernier en étant une évidente preuve !

« Notre priorité absolue est de redonner de l'emploi à chacun, en veillant à ce que les plus fragiles ne soient jamais oubliés.»
Par exemple en supprimant des centaines de milliers d'emploi aidés. Mais c'est bien sûr.
Avant de cracher dans la soupe Mme Pénicaud aurait pu s'aviser des raisons de l'inefficacité des contrats aidés. Seulement en terre Macronienne on privilégie une vision macroéconomique du monde dans laquelle les vrais gens n'existent pas.
Les critères pris en compte pour saborder ce dispositif ne tiennent pas compte de toutes les vies que ces contrats ont dépanné, même temporairement.
Dans un monde qui serait bien fait, les emplois aidés seraient certainement une aberration absolue. Pour un travail donné la personne est en effet payée 2 ou 3 fois moins, selon le job, que le prix du marché.
Mais le monde n'est pas bien fait, et selon les situations c'est toujours mieux, disons moins pire, que de se morfondre au chômage. 
En tous cas là encore on peut sentir combien le sort des plus fragiles préoccupe ce gouvernement.
On pourrait aussi s'attarder sur l'impact négatif que va avoir cette décision sur le milieu associatif, sportif, culturel, social ...

Si l'argumentation justifiant la hausse de la CSG sur les retraites n'est pas nouvelle en Macronie, elle ne perd rien ici de sa répugnance.
« Je leur dis qu'ils le font pour les plus jeunes générations et pour récompenser le travail. Ce n'est pas un effort pour alimenter les caisses de l'État. »
C'est un déni total de justice sociale cette histoire.
D'abord, pour les jeunes générations les anciens font déjà beaucoup. Sans la solidarité familiale des parents et grands parents, ce pays imploserait. 

Et puis si l'économie de ce pays n'est pas capable, structurellement, d'assurer un pouvoir d'achat décent à ses actifs sans avoir à aller puiser dans les pensions de retraites, autrement dit piquer dans la poche des vieux, c'est vraiment qu'on a atteint le fond du fond.
Mais en quoi, pourquoi, comment peut-on demander aux retraités de récompenser le travail des actifs ? C'est injuste, inique, aberrant, indécent, absurde ... et totalement désespérant.

Hep m'sieur Bruno, j'ai une idée, pourquoi non plus ne pas taxer l'argent de poche des enfants pour financer les universités de demain ? Et les SDF qui font la manche, pourquoi est-ce qu'ils ne sont pas soumis à la CSG et qu'ils ne récompenseraient pas eux non plus le travail ? Allez, encore un effort ...


dimanche 20 août 2017

Les bonnes nouvelles pleuvent. Make France great again ! Décryptage de Une. Vive Jupiter


Louloulefilou se désespérait  ce matin de trouver  quelques bonnes nouvelles pour égayer son dimanche.

Eh bien quoi l'ami, ne lis tu donc  pas le JDD ?
Serais tu miro des yeux ? 
Que vois tu là s'étaler plantureusement,  et tout aussi grassement, on est dimanche,  sur ce magnifique fond bleu outremer, toute vêtue de blanc virginal ?
Il faudrait presque des lunettes de soleil tant ce que tu cherches s'affiche ici avec éclat, nous irradiant de sa lumière aveuglante.
Avec une police sans serif du style impact, on se la serait même prise comme un uppercut, dans la gueule la bonne nouvelle, mâchoire atomisée et souffle coupé face à une telle explosion d'assurance et d'optimisme.



Sacré JDD va !
Déjà le titre en forme de réponse à une question.
Sans doute celle posée par tous ces fâcheux qui ont  l'outrecuidance d'émettre quelques critiques sur les premiers mois Macroniens, se permettant même d'exprimer ici et là quelques doutes sur les desseins Jupétériens.
A ceux là le JDD répond sans ambage, oui la France va bien, tant et si bien qu'elle redémarre claironne et tambourine glorieusement le titre du jour.

Et même que le JDD va le prouver.
Des fois qu'on ait pu se laisser  aller à une moue dubitative devant ce qu'on pourrait considérer comme étant une affirmation un tantinet arrogante et  suffisante.
Mais ce sont des chiffres, peuple incrédule, qui scelleront le propos.
Les chiffres ne mentent pas. Même si les menteurs les adorent ajoutait Mark Twain.
Mais ne soyons pas désagréables.

Après ça se gâte un peu, soyons honnêtes.
Pas facile de maintenir le suspense et la belle et fière érection suscitée par tant d'alléchantes perspectives. Je parle bien sûr ici de l'érection de l'espoir ! 
La radieuse  bonne nouvelle se décline alors en trois pauvres rubriques insipides aussi sexy qu'une plâtrée de nouilles trop cuites.

La première nous parle de feux verts, dans le langage Jdédien, il s'agit des secteurs de l'économie qui se porteraient bien. On y trouve par exemple le tourisme. En pleine période estivale, voilà en effet un signe des plus encourageant !
Aurait tout aussi bien pu être évoqué le marché florissant du barbecue et la bonne santé de la vente de merguez, également celle des parasols, des maillots de bain, des bouées, des jeux de plage, des crèmes solaires. Des préservatifs aussi. Beaucoup de Français redécouvrant en été qu'ils ont une libido. Mais c'est une autre histoire ....

La seconde évoque notre croissance, le JDD se félicitant de notre ambition de retrouver celle de 2011 ! Le saint Graal à n'en pas douter quand on sait que celle-ci n’excédait pas les 1% et des broquilles.  Sûr que ça va mieux ! A ce stade on se demande quand même s'il n'est pas permis d'envisager que le JDD nous prenne pour des cons !

Le meilleur est pour la fin quand le JDD se demande à qui on pourrait bien devoir un tel miracle. Les auteurs sont d'abord beaux joueurs, et prudents, évoquant un éventuel effet Hollande à retardement. Mais la seconde hypothèse ne peut rapidement s'empêcher d'envisager Macron comme le responsable de ce prodige. Les dieux ne font-ils pas des miracles ? Sans toutefois trop insister non plus, même au JDD on sait bien que Macron n'a pas encore fait grand chose, les selfies n'étant pas comptabilisés dans le calcule du PIB. Il reste l'hypothèse d'un phénomène mondial, quelque chose de l'ordre du tectonique et qui nous dépasserait tous !

Mais si vous êtes un peu perplexe, soyez rassurés, des experts vont vous expliquer tout ça.

Bref, et en d'autres mot que dalle !

Mais le propos n'est pas là. Sans doute le JDD, à quelques jours d'une rentrée sociale annoncée grinçante, a t-il jugé opportun et de bon goût d'assurer Monsieur le Président de son indéfectible soutien et de sa totale loyauté. 
Un peu de pub propagandée ne nuit pas, et les petits cadeaux, on le sait bien, entretiennent l'amitié.

Il faut dire qu'au JDD, le Macron, on a jamais détesté ...

Emmanuel on t'aime ...


samedi 19 août 2017

Difret. Le combat d'une femme contre les traditions




Un film suggéré par Mo après l'article « Si elle ne veut pas de toi, t'emmerdes pas, viole la ! »

Il y a un petit cinoche de quartier à cette adresse :
 http://filmzenstream.@@com/difret-@@streaming/
Je vous laisse enlever les arobases et  faire le lien. C'est en   streaming ...
Une remarque. Oui c'est illégal. Mais si je vous fais un lien Amazon, combien d'entre vous vont-ils aller acheter ce film ? Serez vous plus nombreux si je vous fais un lien VOD ? Ces liens sont peut-être illégaux mais ils participent aussi à ce que de tels films puissent être vus par le plus grand nombre. Ils permettent  de découvrir des réalisateurs et des comédiens pour lesquels vous n'auriez pas dépensé un kopeck. Moi le premier.

L'histoire est tirée d'un fait divers qui a défrayé les chroniques Éthiopiennes en 1996, une gamine de 14 ans enlevée puis violée en guise de prélude prénuptial, et qui après avoir tué son ravisseur en tentant de s'échapper est accusée de meurtre. Elle est défendue par une célèbre avocate Éthiopienne,  Maeza Ashenafi, qui se bat depuis de longues  années pour le droit des femmes. Cette fiction raconte ce combat  de la "modernité" contre les traditions. Une modernité en devenir puisque la jeune fille risque dans cette affaire la prison à vie, la notion de circonstances atténuantes étant encore floue. Quand aux traditions elles préconisent la mort ou au mieux l'exil ... 


vendredi 18 août 2017

Nos grands héros nationaux quittent New York




Alors déjà je ne savais pas que deux plaques rendant hommage à Pétain et Laval ornaient les trottoir de la  promenade « Canyon of Heroes », cette célèbre artère de Broadway, théâtre depuis 1886 de ces grandes parades  populaires  célébrant  grands événements et personnalités illustres en visite à New York. Chacune se voyant ensuite honorée d'une plaque de granit noir portant son nom et la date de l’événement.

Ce qui est choquant ce n'est pas de décider d'enlever celles consacrées à Pétain et Laval comme vient de l'annoncer le maire de New York,  c'est qu'elles y soient encore !

Ce n'est pas que ces deux là aient toujours été des salops, on peut toujours discuter de leur carrière avant la seconde guerre mondiale, d'ou leur présence sur « Canyon of heroes », mais à partir de ce moment de l'histoire j'ai un peu de mal à comprendre comment on a pu continuer de les considérer comme des héros.


Pétain et Laval

Cela fait plus de 70 ans que ces deux personnages auraient du disparaître.

Cela dit cette brusque frénésie qui s'est emparée des Américains de déboulonner tous les symboles rappelant la guerre de Sécession ou une quelconque proximité avec le Nazisme et  autres forces du mal en tous genres me parait bien hypocrite. Ce n'est pas le général Lee qui a crée le Ku Klux Klan à ce que je sache.
Amalgamer Guerre de Sécession, Nazisme, esclavage  me parait aussi un peu idiot.  Et puis se débarrasser des symboles ne fait pas disparaître le mal qu'ils peuvent incarner ou évoquer. 
Là, ce qu'est en train de faire l'Amérique bien pensante, c'est de réécrire une partie de son histoire en gommant tout ce qui la dérange  au prétexte que des fanatiques à cagoule ou svastikés s'en inspire.

Cet ouragan d'indignation  qui souffle depuis les événements de Virginie me met également un peu mal à l'aise, c'est la grande catharsis, on purge, on purifie, on déterge, à laisser penser que les Etats Unis découvrent  le racisme, l'antisémitisme, la haine raciale et que le Ku Klux Klan et les suprématistes sont apparus ex nihilo il y a quelques jours à Charlottesville
Je trouve qu'ils sont ici bien nombreux à se donnent bonne conscience à bon prix, oubliant à l'ombre de cette tragique occasion  comment sont traitées au quotidien les minorités dans ce pays, ou le sort que réserve Trump à certains ...

Par curiosité la liste de tous les noms figurant sur cette avenue :
https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_ticker-tape_parades_in_New_York_City 

Barcelone, Ouagadougou ...


jeudi 17 août 2017

Si elle ne veut pas de toi, t'emmerdes pas, viole la !


Source
Vive l'amour ! 

En nos contrées, si vous demandez à une femme de vous épouser et qu'elle répond négativement, eh bien, aussi dépité que vous puissiez être, vous vous la remettez dans la culotte, gentiment et poliment. Vous pouvez toujours aller vous bourrer la gueule, pisser et pleurer dans les étoiles, qui s'en foutent d'ailleurs éperdument, mais cela ne pourra aller plus loin.
Qui irait en effet contester le choix de la dame, même s'il est vrai qu'en des temps pas si éloignés l'avis d'une promise n'avait pas forcément grand poids. Mais les choses, du moins sur ce sujet, ont plutôt bien évolué.

Seulement ce qui nous apparaît si évident ici ne l'est néanmoins pas partout. Il y a en effet encore quelques pays ou il reste aux hommes éconduits une option. Il leur suffit en effet de violer la vilaine récalcitrante.
Pour éviter la prison ils auront alors  la possibilité d'épouser leur victime. Sympa les noces ! Pourquoi elle sourit pas la mariée ? Jamais contentes ces meufs !

Je n'en revenais pas, pourtant en était-il encore ainsi au Liban jusqu’à très récemment. 
Il aura fallu attendre 2017 pour que l’article 522 du code pénal libanais stipulant que si « un mariage valide est contracté entre l’auteur d’un de ces crimes ( viols, agressions, rapts ...)
et la victime, les poursuites cessent, et si un verdict a déjà été prononcé, son application est suspendue » soit abrogé.
Et c'était en plus rétroactif ! L'abomination absolue !

Un bonne chose pour les libanaises, mais les mêmes dispositions pénales continuent malheureusement de perdurer ailleurs, en Algérie, en Irak, en Libye, au Koweït ...

Même si ces lois ne sont pas toujours rigoureusement appliquées, il reste très dérangeant de les savoir officiellement exister, et donc applicables. A votre bon coeur M'sieur le juge ..

Ainsi en est-il également de la lapidation dans d'autres pays. Certes on lapide moins de nos jours, mais l'infidélité, l'homosexualité ou les relations sexuelles hors mariage restent tout de même  légalement passibles de ce châtiment dans un certain nombre de code pénaux. 

Désespérante humanité ! 

Relisez toujours la déclaration universelle des droits de l'homme pour vous remonter le moral !

Source : Le Monde 

J'ai par cet article de ce matin simplement réagi à l'annonce du progrès de la législation libanaise sur la question du viol. Claude Lepenseur va plus loin, soulignant dans son commentaire que n'était évoquée dans mon post qu'une partie du problème.
Il a bien raison et les quelques précisions qu'il donne disent l'ampleur et la gravité de ce sujet. Car certainement les cas qu'il évoque ne sont  qu'une petite partie de l’iceberg ...

mercredi 16 août 2017

Hommage au King




J'ai découvert Presley sur le tard.
Quand je le vis pour la première fois, ce fut un choc, une révélation, même que pendant un moment j'ai comme senti une vocation naître au fond de moi.
« C'est ça que je veux faire de ma vie, être king of rock'n roll »

Il n'y avait pas de problème avec la vocation, avec le reste ce fut un peu plus délicat.

Ce n'est pas par exemple que je chante mal, au contraire même, du moins si l'on considère que chanter faux est un art en soi.

Il y a aussi cette histoire de rythme, c'est chiant le rythme. Ma tête le comprend, mais pas mon corps. C'est ballot. 
J'en pensé un moment créer du rock sans rythme, mais on atteint vite les limites du concept.

Et puis il y a bien sûr la danse. Ah la danse.
C'est d'ailleurs à ce moment que j'ai découvert que j'étais un enfant génétiquement modifié. Je ne le savais pas mais j'étais né avec un balai dans le cul.
Cela ne se voit pas et ne m'empêche nullement de vivre, sauf bien sûr quand il me prend l'idée saugrenue de danser. 
Là le balai prend le dessus, et ce n'est pas très rock'n roll je peux vous assurer.

Tout ça pour dire que je ne suis pas devenu le king. Mais vous le savez déjà.

Elvis s'est éteint le 16 août 1977. Des milliers de fans sont attendus aujourd'hui à Graceland. J'y serais bien allé, mais ma banquière m'a fait savoir qu'en l'état actuel des choses Memphis était un peu loin et qu'elle pouvait seulement me couvrir jusqu'à Colmar. Mais cette femme est sans coeur et passe son temps à me déprimer ...

Qu'écouter ce matin ?
Sans hésiter, « If I can dream »





mardi 15 août 2017

Google et la liberté d'expression






La liberté d'expression a un prix, ce sera celui d'un nom de domaine et d'un hébergement indépendant.
Je n'ai pas que ça à faire, mais je réglerai le problème d'ici quelques semaines.
Tout en ayant conscience que ce n'est pas une garantie absolue. S'il faut en arriver à créer son propre serveur, ce ne sera  pas un souci.

Google est allergique aux poils de chatte

Vous noterez une différence entre la photo illustrant l'article précédent publié ce matin et celle qui apparaît maintenant.
Google n'a pas supporté la nudité de la jeune femme, du moins sur mon site, alors même que cette photo provient de Google images.
La photo a été supprimée. Sans réaction de ma part ce sera le blog qui le sera.  Ne croyez pas que je plaisante, ce n'est pas la première fois que j'ai maille à partir avec Google, et je connais son intransigeance.
Ce n'est pourtant pas un cliché qu'on pouvait qualifier de pornographique, à moins de considérer toute nudité, féminine ou masculine, de pornographique.
Souvenez vous de ce journaliste qui avait vu son compte Facebook suspendu pour avoir diffusé une reproduction de la « Naissance du monde », le célèbre tableau de Courbet.
Courbet, peintre  pornographique ?

Je ne vais pas entrer en guerre avec Google, j'ai déjà essayé, bien naïvement, et je n'en suis jamais sorti gagnant. 

Je suis un peu énervé.
D'abord contre l'hypocrisie de Google qui se permet cette position moralisatrice d'un autre âge, alors même qu'il est le plus grand pourvoyeur de pornographie de la planète.
Désactivez la fonction  SafeSearch et jouez avec les mots-clés, Il n'y a aucune limite à ce que Google peut offrir de perversions et de dépravations en matière de sexualité. Tapez par exemple "zoophilie" pour vous faire une idée. Vous trouvez le résultat écœurant ? Pas Google ...

Ensuite se pose la question de notre liberté d'expression à tous et à toutes.
Google censure la nudité. Très bien. Mais au nom de qui et de quoi ?

En allant plus loin, qui nous dit que demain ce ne seront pas nos opinions politiques, religieuses, culturelles, ou n'importe quoi d'autre qui pourrait déplaire au puissant moteur et à ses soutiens, et qui nous vaudra censure et mise à l'index ? Au mieux. 
Sommes nous vraiment immunisé contre ce qui se passe ailleurs ? Faut-il les citer ces états qui emprisonnent et torturent pour délit d'opinion ? 
L'Europe fait aujourd'hui la pute devant la Chine. Comment le dire autrement à voir comment  nous bradons nos valeurs pour commercer avec ce pays. Qui nous garantit que le prix de la passe ne sera pas moins élevé demain ? Ou plus élevé, question de point de vue.  J'ai lu avec intérêt la récente série d'articles du Monde intitulée « Les nouvelles routes de la soie ». Il y a une chose qui est sûre, c'est que nos belles libertés individuelles ne pèsent rien face aux faramineux enjeux qui sont en cours à moyen et long terme. La soif de conquête de ces gens n'est pas qu'économique. Et ce n'est pas Google qui jouera les garde-fous. Business is business ....

Certainement ne le connaissez vous pas. Il s'appelait Christophe Bohren. Son blog, LettesLibres faisait un véritable carton en 2009, plusieurs milliers de visiteurs par jour. Autant aimé qu'haï le taulier, qui s’apprêtait à publier son premier roman chez Gallimard. Son blog et toutes ses archives furent supprimées sans préavis ni coup de semonce parce que son dernier article avait déplu à quelques politiques. Ce gars là écrivait à la chevrotine, un style qui déchiquette et éclabousse tout partout, ni quartier, ni concession.
Je connais bien l'histoire, Christophe n'était pas un ami, je n'avais pas l'étoffe, mais un bon pote avec qui je partageais une bonne dose de cynisme et un humour noir peu recommandable. Il venait écrire, au grand dam de mon boss, sur un des PC de la galerie de peinture dans laquelle je bossais.
Il a disparu peu après ....

En attendant, je me déballonne, lâchement, et colle deux stickers sur la foufoune et le téton de la dame. Le monde est sauvé. Le blog aussi, peut être. A quel prix ?


Assomption, sex, drug and rock'n roll


Le 15 Août c'est l'Assomption, Marie, fais ta valoche, tu remontes. 
Tous les ans la même histoire. C'est comme l'Ascension du Jésus.
Il serait quand même temps que ces deux là se fixent une bonne fois pour toutes. Toujours entre ciel et terre ce n'est pas une vie.

Le 15 Août c'est aussi l'anniversaire du festival de Woodstock.
Je voulais y aller, mais mes parents me trouvaient trop jeune. Pfff !
Résultat, il m'aura fallu attendre 15 ans de plus avant d'être dépucelé et que je me drogue, un vrai scandale !

De toutes façons, tout ça ce sont des conneries.
Le 15 août 1969, Jésus, à peine revenu de son Ascension, rasé de près pour une fois, et Marie, sur le départ, étaient en fait à Woodstock, au milieu des apôtres. Vous reconnaîtrez facilement Judas, c'est celui qui mate libidineusement le cul de Marie. Je note à ce sujet que le saint Esprit avait quand même bon goût. La preuve par l'image ... 


Woodstock 1969
Jesus: Je me fumerais bien un petit pétard ...
Marie : Merde, ou est ma robe ? Je ne peux pas assomptionner dans cette tenue ...
Désolé de jouer les iconoclastes, mais la vérité c'est important.

Bon, assez de cochonneries, revenons à l'essentiel, la musique.
Tellement de bonnes choses pendant ce festival. Disons pour ce matin Joe Cooker avec « With A Little Help From My Friends » ...



... et puis la diva des divas, Janis Joplin. Pourquoi pas « Ball & Chain » ? 




lundi 14 août 2017

Croisement improbable ou la génétique des nuls


Lundi. Peut-être un jour sans pluie.
Ce serait bien, les pébroques fatiguent et eux aussi ont le droit à des vacances.

Je ne vous ai pas dit, pendant mon escapade Nîmoise je me suis intéressé à la génétique.
L'idée d'innover un peu dans le légume ...

L'insémination du poivron par la tomate s'est bien déroulée. A défaut d'éprouvette, la levrette fit bien l'affaire et personne ne s'en plaignit.



Mais le résultat fut un peu décevant je dois convenir, le petit monstre braillard et agressif qui naquit quelques minutes plus tard était en effet bien loin de mes espérances.

Après un rapide conseil familial, il fut  décidé d’euthanasier l'affreuse et grimaçante progéniture à la poêle ... Les indignes parents furent aussi émincés, histoire de ne laisser aucun témoin. Avec la complicité d'un peu d'huile d'olive et de quelques oignons, l'opération, à feu doux, ne prit que quelques minutes.
Je n'ai pas jugé utile d'aviser le Comité international de bioéthique de cette expérience.  Que cela reste entre nous ...

« Science sans conscience n'est que ruine de l'âme »
La prochaine fois j'essaierai de me rappeler Rabelais avant de jouer les apprentis sociers.